Quitter cette page

 

 

LES DIOCESES DE LA CORSE AU MOYEN AGE

 

 

DIOCESE D'ACCIA

Le plus petit des 6 diocèses historiques de l'île était formé des deux Pievi de Rostinu et de l'Ampugnani détachées des diocèses d'Aleria et de Mariana (en tout 15 paroisses). Il était composé des communes de Bisinchi, Casalta, Castellu di Rustinu, Gavignanu, Giocatoghju, Morusaglia, Quercitellu, Scata et Valle di Rustinu.

Comme les diocèses du Nebbiu et de Mariana, le diocèse d'Accia relevait de Gênes tandis que ceux d'Aleria, Sagona et Ajaccio relevaient de Pise.

 En 1553, après une épidémie de malaria le village d'Accia est déserté et à la demande de l'évêque de Mariana, le pape Pie IV décide de réunir le diocèse d'Accia à celui de Mariana avant de le supprimer définitivement. Cependant, le diocèse d'Accia reste un siège titulaire.

Aux pieds du mont San-Perone, à 985m d'altitude, sur les communes de Quercitellu et de La Porta, les ruines de la Cathédrale situées à l'emplacement de la chapelle Santu Petru d'Accia (San-Petruchellu) sont encore visibles.

DIOCESE D'ALERIA

Ce diocèse, érigé au VIème siècle, était le plus vaste de Corse et occupait tout le centre de l'Île.

Il était composé de 19 Pievi: Govellina, Campuloru, Verde, Opinu, La Serra, Bozziu, Alesani, Orezza, Vallerustie, Talcini, Venacu, Rogna, La Cursa, Covasina, Castellu, Aregnu, Matra, Niolu, carbini formé par les communes de Altiani, Aregno, Cambia, Canale di Verde, Carbini, Castellare di Mercuriu, Castirla, Cateri, corte, Erbajolu, Fucicchia, Giuncaghju, Lanu, Lavatoghju, Muracciole, Piazzole, Piedicorte di Caghju, Pietrosu, Pratu di Giuvellina, Prunelli di Fiumorbu, Santa Lucia di Mercuriu, Santa Riparata di Balagna, Tralonca, Valle di Campuloru, Valle d'Orezza, Ventiseri.

Le diocèse est supprimé le 12 juillet 1790 par l'assemblée constituante mais n'est pas reconnue par le pape Pie VI. En 1801, le pape Pie VII supprime définitivement le diocèse et l'incorpore à celui d'Ajaccio.

Lorsque Alexandre Sauli prit possession du siège d'Aleria, il trouva une cathédrale complètement détruite et un palais épiscopale en ruine qui avait servi pendant un temps de quartier général à Sampiero. La ville elle-même était réduite à une petite garnison de soldats génois cantonnés dans un fort. Aujourd'hui ce fort est devenu un musée archéologique. Depuis longtemps les évêques n'avaient plus de résidence fixe et se logeaient tantôt à Corte, tantôt à Bastia ou à Omessa, Poggio-di Venaco, Cervioni. Quant à Alexandre Sauli, il a résidé à Tallone, à Corte, à Algajola et enfin en 1778 à Cervioni où il fit édifier un séminaire, un palais épiscopal et une cathédrale.

En avril 2002, le titre d'évêque d'Aleria est rétabli comme siège titulaire.

Le diocèse d'Aleria a compté jusqu'à 18 couvents dont l'hospice d'Aleria.

 

 

DIOCESE DE MARIANA

Le diocèse de Mariana semble avoir été fondé vers l'an 300.

A cause de l'insécurité des rivages, la ville de Mariana a été abandonnée par les évèques dès 1440.

Son territoire se composait des communes de Bastia, Bigornu, Borgu, Brandu, Castellare di Casinca, Furiani, Lentu, Lucciana, Meria, Morsiglia, Pietralba, Ruglianu, Santa Maria Poghju, Scolca, Siscu, Sorbu Ocagnanu, Urtaca.

L'évèque Frà Agnello établit sa résidence à Corticato qui devint par la suite Vescovato. Ce n'est qu'en 1570 que Mgr Centurione obtint du pape Pie V l'autorisation de s'installer à Bastia.

Le 30 janvier 1563, le cardinal Cicala obtint la réunion du diocèse d'Accia à celui de Mariana.

A la suite du concordat de 1801, le diocèse de Mariana-Accia est définitivement supprimé et son territoire est annexé au diocèse d'Ajaccio.

En 2002, le diocèse de Mariana devient un siège statutaire dont l'évêque en titre est Paolo De Nicolo.

Le diocèse de Mariana a compté jusqu'à vingt-huit couvents plus le collège de Jésuites et une maison de Lazaristes.

DIOCESE DU NEBBIU

Fondé au Vème siècle, le diocèse etait composé des 5 Pievi de Canari, Nonza, Patrimoniu, San Quilico, et San Petru formé par les communes de Canari, Muratu, Olcani, Patrimoniu, Pieve, Poghju d'Oletta, Rapale, San Fiurenzu, Santu pietru di tenda et Soriu.

Ravagé par la malaria, le diocèse est abandonné par les évêques qui s'installent à San Gavinu di Tenda.

Le diocèse du Nebbiu est définitivement supprimé par l'assemblée constituante en 1790 et rattaché officiellement par le pape au diocèse d'Ajaccio par le concordat de 1801. Il reste cependant un siège statutaire.

Le diocèse du Nebbio à comté jusqu'à neuf couvents.

DIOCESE DE SAGONE

Fondé au VIIème siècle, le territoire se composait des communes de Calenzana, Cargese, Lumiu, Mansu, Montemaggiore, Salice, Sagone, Sari d'Orcinu et Vicu.

Ravagé à plusieurs reprises par les Barbaresques, le diocèse fut déserté. Contraints de fuir, les évêques successifs se réfugièrent à Vico qui devint une résidence épiscopale de 1569 à 1624.

En 1625, Grégoire XIII autorisa le transfert du diocèse dans la forteresse Génoise de Calvi jusqu'en 1790.

Il sera définitivement supprimé en 1801.

Sagone reste cependant un siège épiscopal titutaire.

Le diocèse de Sagone à compté jusqu'à huit couvents dont celui de l'île de Caprera.

DIOCESE D'AJACCIO

Erigé probablement au IIIème siècle, le diocèse d'Ajaccio est depuis le 29 novembre 1801, le résultat de la fusion des 5 anciens diocèses de la Corse. Le nombre de prêtres est en constante diminution. On compte 14 diacres et 100 prêtres pour les 434 paroisses de l'île.

Le siège épiscopal du diocèse est la cathédrale d'Ajaccio.

Les communes de  Aiacciu, Bastelica, Bunifaziu, Figari, Forciolu, Grossa, Moca Croce, Poghju Tallanu, Quenza, Santa Lucia di Portu Vechju, Santa Maria Figaniella, Santa Maria Sicché, Sartè, Sotta, veru, Urbalacone, Zigliara, sont rattachées au diocèse d'Ajaccio.

Le diocèse d'Ajaccio à compté jusqu'à quinze couvents dont les trois de Bonifacio et l'hospice de Bilia.

 

Me contacter

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 03 avril 2020